Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

Santé

La loi Neuwirth

Les stéphanois l’aimaient bien « leur Lulu la pillule »…..Lucien Neuwirth, résistant de la première heure, figure politique charismatique stéphanoise pendant de nombreuses années, a su convaincre le général De Gaulle de la nécessité d'abroger la loi de 1920 criminalisant la propagande anticonceptionnelle. Il a dû lutter contre les conservateurs, les machistes et intégristes de tout bord de son propre mouvement politique, on les retrouvera face à Simone Veil pour la loi IVG.

En juin 1944, il découvre que les préservatifs et les spermicides sont en vente libre en Angleterre. Dès1947 dans le cadre de ses activités de responsable de la commission d’assistance judiciaire, il est sensibilisé à la détresse des femmes subissant des grossesses non désirées, des avortements faits dans des conditions inhumaines par des faiseuses d’anges, des voyages à l’étranger pour celles qui en avaient les moyens.

La proposition de loi qu’il défend en 1967  autorise la fabrication et l’importation de contraceptifs en France, de manière très encadrée : sur ordonnance, en pharmacie, avec consentement écrit des parents pour les personnes mineures. La propagande antinataliste reste interdite.

Les décrets d’application permettant la distribution de la pilule ou du stérilet tardent à venir, entre 1969 et 1972, et ce n’est qu’après une seconde loi, en 1974, qu’ils sont remboursés par la Sécurité sociale.

En 1975, la loi Veil légalise l’interruption volontaire de grossesse (IVG), mais il faut aussi attendre sept ans pour que l’intervention soit prise en charge par l’Assurance-maladie rn 1982. Enfin, depuis la loi de 1999, la contraception d’urgence (« pilule du lendemain ») est disponible dans les pharmacies sans prescription médicale.

Lucien Neuwirth, convaincu de l’importance de l’éducation, a défendu avec détermination la mise en place de 3 séances d’éducation à la sexualité pendant toute la scolarité. Cette volonté a été renforcée par la loi de 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et la contraception par l’obligation de 3 séances annuelles à tous niveaux d’âge. La loi de 2003 renforce cette notion : l’éducation à la sexualité dès l’école maternelle est inséparable des connaissances biologiques sur le développement et le fonctionnement du corps humain. Elle intègre tout autant, sinon plus, une réflexion sur les dimensions psychologiques, affectives, sociales, culturelles et éthiques. Elle doit ainsi permettre d’approcher, dans leur complexité et leur diversité, les situations vécues par les hommes et les femmes dans les relations interpersonnelles, familiales, sociales.

Qu’en est-il concrètement aujourd’hui dans les établissements scolaires ? Les mentalités, les idéologies politiques ont elles évolué ? Les enseignants sont-ils suffisamment armés pour cet enseignement ?

Le CNAFAL partage les luttes du Planning Familial et invite à prendre connaissance de leur dernier communiqué.

CP_loi_Neuwirth

 

 

Nicole Damon

Dans la même rubrique

Posez vos questions

Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

Se connecter sur
Familles laïques

Pas encore de compte ? Créez-en un, c'est gratuit

Restez connecté | Mot de passe oublié

Adhérez au cnafal

J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

En savoir plus

La revue
Familles laïques

La revue Familles laïques

Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

Voir le magazine