Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

Environnement

COP 21, espoirs sans désillusions ?

Pas un jour, pas un média sans qu’apparaissent les mots COP21, réchauffement climatique, rencontres internationales… COP21, c’est quoi ?

La COP, abréviation de COnférence des Parties, est une conférence supranationale sur l’environnement, ou plus précisément sur les changements climatiques.Elle est un peu la version environnementale de l’ONU. Chaque année, les participants de cette conférence se réunissent pour décider des mesures à mettre en place, ceci dans le but de limiter le réchauffement climatique à seulement 2°C.Mais si la 21e édition de cette conférence, est si spéciale, c’est parce qu’elle a pour objectif d’aboutir à un accord « universel et contraignant » qui prendra effet à partir de 2020, pour créer une véritable transition vers une économie et une politique mondiale écoresponsables.
Réchauffement climatique : ou dérèglement climatique ?
Le commun des pollueurs, des gaspilleurs inconscients, se réjouit de voir son thermomètre remonter de quelques degrés, plus de douceur, un ensoleillement éclatant,alors que les spécialistes de la protection environnementale se désespèrent de voir leurs mises en garde tomber dans les eaux chaudes, promises pour nos côtes. Eux savent ce qui attend notre planète. Ce « réchauffement climatique » est une belle plaisanterie qui dissimule une réalité redoutable, brutale et parfois fatale. Car, la formule réelle, est « dérèglement climatique ». Là on comprend mieux ce que « dame nature » nous prépare avec ses galops d’essai : tempêtes, ouragans, tsunami et raz de marée, grosses variations brusques de température….
La spirale infernale
Mais ce que les médias ne disent pas ou très peu, le méthane (CH4 ) est aussi un gaz à effet de serre. Il contribue au réchauffement climatique, son impact sur l’effet de serre est environ 25 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone (CO2), et il augmente avec le temps. Il est le constituant principal du gaz naturel. Il est produit par la décomposition des matières organiques dans les marais, dans les appareils de méthanisation et par les ruminants qui en produisent une part non négligeable. On en trouve aussi dans les sous sols miniers.
La mer, les glaciers et les sols gelés sont des piégeurs de CO2 et CH4 .
Le réchauffement des océans et la fonte accélérée des glaciers vont précipiter ces gaz à effet de serre qui viendront s’ajouter à ceux produits par l’activité humaine. Et alors on aura une spirale infernale d’augmentation des températures moyennes.
Protéger la planète sans augmenter les inégalités ?
Les politiques de protection de l’environnement ou de lutte contre le changement climatique sont souvent accusées de nuire à la croissance et à l’emploi, voir de creuser les inégalités. Or les inégalités résultent de choix politiques, les indicateurs de mesure des inégalités sont dorénavant des critères incontournables d’évaluation de toute politique publique.
Parmi les pratiques contestables : le système communautaire d’échange de quotas d’émissions (marché des permis), ainsi que la faiblesse du prix du carbone sur le marché (droit de polluer). Mettre en place un prix plancher plus important, sur ce marché, comme l’a suggéré début octobre Ségolène Royal, accentuerait les incitations à innover dans ces secteurs pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.
L’introduction de taxes écologiques a pour avantage de procurer des recettes fiscales qui peuvent être redistribuées pour diminuer d’autres impôts. Ceci peut constituer un argument solide en faveur d’un verdissement de la fiscalité.En revanche, comme toute taxe sur la consommation, celles-ci ont souvent pour inconvénient de peser proportionnellement davantage sur les ménages pauvres que sur les riches. Dans le cas français, une taxe portant sur les achats d’énergie ou de carburants affecte trois fois plus les ménages les plus pauvres que les ménages les plus riches.
Idéalement, une politique bas carbone devrait ainsi poursuivre trois objectifs : réduire les émissions de carbone, accroître l’efficacité économique du dispositif fiscal dans son ensemble et s’assurer de l’acceptabilité par tous.Mettre en oeuvre une fiscalité écologique juste, nécessite donc une réforme fiscale plus large. Or, avec la crise économique, le débat sur la taxation et les inégalités s’est élargi à l’ensemble du système fiscal, à la dette publique et au financement des pensions de retraite. Il semble particulièrement pertinent de promouvoir une réforme ambitieuse de la fiscalité englobant aussi bien la fiscalité environnementale que l’impôt sur le revenu, les prélèvements sociaux et le financement des retraites.
En conclusion, il est à regretter qu’à l’occasion de cet événement international, la société civile, consciente de la nécessité d’agir rapidement pour la planète n’ai pu pleinement faire connaître aux dirigeants le poids des acteurs d’initiatives locales.
On peut toujours espérer que cette rencontre des dirigeants de 146 pays, sera plus efficace que celle de Kyoto de Copenhague, que les réalisations effectives seront en accord avec les promesses largement diffusées, espérer aussi que l’exemple des USA, le plus gros pollueur, soucieux de l’intérêt de ses actionnaires et aucunement de ceux de la planète, ne soit pas suivi par d’autres pays.
veulent aucune contrainte qui puissent nuire à leurs dividendes. La COP 21 est à l’opposé du traité de libre échange que les USA veulent signer avec l’Europe

Nicole Damon

Dans la même rubrique

Posez vos questions

Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

Se connecter sur
Familles laïques

Pas encore de compte ? Créez-en un, c'est gratuit

Restez connecté | Mot de passe oublié

Adhérez au cnafal

J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

En savoir plus

La revue
Familles laïques

La revue Familles laïques

Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

Voir le magazine