Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

A LA UNE

Pouvoir des mots ! Les mots du pouvoir ! My Macron is rich

Do you speak Macron ? Ainsi démarre un article du "Parisien", daté du 2 avril 2018, qui relate comment Macron truffe ses discours d'anglicisme.

    On le sait, depuis Platon, chaque pouvoir a sa langue et sa langue prescrit un fonctionnement des relations humaines, décrit un univers mental, un rapport de force. La poésie en général est subversive, parce que le poète « invente » un nouveau langage par l’accolement inusité des mots.

    Aujourd’hui et depuis 40 ans, c’est en anglais que le monde communique. Giscard avait inauguré cette phase historique, marquant ainsi son ralliement à l’Amérique. Parler anglais, c’est s’intégrer dans l’ensemble économique anglo-saxon, c’est déterritorialiser la France.  A travers la langue anglaise, c’est une autre culture, une autre morale, une conception du monde et des relations humaines, que l’on cherche à nous imposer.

    Le poète sicilien, Ignazio Buttitta, a bien résumé le problème.

    « Un peuple devient pauvre et servile, quand on lui vole sa langue, héritage de ses pères : il est perdu à jamais. Il devient pauvre et servile quand les mots n’engendrent plus les mots et se dévorent entre eux ».

    Pendant des siècles, la France, le Français, a assimilé des milliers de mots en provenance de toute l’Europe. Aujourd’hui, on voudrait nous faire croire que l’anglais est irremplaçable, intraduisible ? Est-ce parce qu’elle est la langue du libéralisme économique anglo-saxon, la langue de la puissance des médias et des nouveaux vecteurs de communication, jusqu’aux « fake news » ? La prolifération des informations en anglais dans tous les domaines (y compris la publication des thèses), ne fait que s’accroître et réduit peu à peu les autres langues, à l’état de langues régionales.

    Voilà un Président qui se veut instruit, qui aurait « fréquenté » la philosophie et Paul Ricœur et qui participe à la décomposition culturelle de son pays. Les Français, inventeurs de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, ont porté depuis des siècles, une certaine conception de l’universalisme, de l’égalité entre humains, de la République.

    En ne parlant pas sa propre langue, quand on communique avec ses concitoyens, quand on est censé travailler pour la France, on signe l’abdication de sa culture, donc de sa souveraineté.

    Il est à remarquer que le pouvoir de toute classe dominante, consiste en un déplacement, à une dissimulation : on projette son propre pouvoir absolu sur une transcendance extérieure : aujourd’hui l’économie libérale, comme une évidence. A nous dans la période présente, de faire mentir cette technocratie qui a pris le pouvoir en France par surprise et par la peur, oubliant qu’ils n’ont rassemblé que 14,5% des électeurs inscrits.

    Article du Parisien

    Jean-Marie Bonnemayre,
    Président du CNAFAL.

    Le CNAFAL

    Dans la même rubrique

    Posez vos questions

    Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

    Se connecter sur
    Familles laïques

    Pas encore de compte ? Créez-en un, c'est gratuit

    Restez connecté | Mot de passe oublié

    Adhérez au cnafal

    J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

    En savoir plus

    La revue
    Familles laïques

    La revue Familles laïques

    Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

    Voir le magazine