Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

Consommation

Manger 5 fruits et légumes par jour, MAIS….

Parmi les dix actions immédiates du Plan National Santé Environnement 3 pour la période 2015-2019, deux sont directement liées à la qualité de l’alimentation : . réduire les expositions liées aux contaminations environnementales des sols; . contrôler et restreindre progressivement l’usage des PESTICIDES avec une campagne de surveillance et l’interdiction des substances les plus dangereuse dans l’air. Alors peut-on appliquer les consignes des plans précédents « manger 5 fruits et légume par jour » ? oui MAIS….

L’émission de « Cash Investigation » sur France2 a eu le mérite de dénoncer, à une heure de grande écoute des problèmes environnementaux et de santé publique.

« Les données avec lesquelles nous avons travaillé proviennent du ministère de l’Écologie. Le ministère de l’Agriculture exerce également un droit de regard sur leur publication. Elles sont confidentielles et couvrent une période qui s’étend de 2008 à 2013.Plusieurs milliers de pesticides différents ont été vendus sur le marché français pendant cette période. Si certains ne présentent pas de risques, d’autres contiennent des substances actives qui ont d’ores et déjà été identifiées comme présentant un risque probable ou avéré pour l’être humain ». Avec 100 000 tonnes de pesticides dangereux ou classés comme tels, la France est le premier utilisateur européen.

Alors peut-on se nourrir de façon saine sans risque pour la santé ? non  MAIS….

Au quotidien, il y a des gestes qui limitent les risques :

  • Laver soigneusement les fruits qui ne peuvent être épluchés. La pomme subit jusqu’à 26 traitements et elle est mise en hibernation pendant des mois, alimentée à l’azote. Comme pour les légumes une partie des résidus se retrouvent dans la chair.
  • Favoriser le bio, MAIS… il est difficile de trouver des cultures qui ne sont pas influencées par l’environnement contenant des pesticides (sols, eau, air), néanmoins ils en contiennent très peu.

Certaines municipalités, comme celle de Saint-Etienne, utilisent 80 % de produits bio, locaux dans les cantines

  • Acheter bio coûte cher: pas sûr, un intendant de lycée expliquait que pour faire une ratatouille avec des légumes bio achetés à 5 km du lycée lui permettait de diminuer les quantités achetées de 15 % car ils rendent moins d’eau que ceux des grandes surfaces. Est-il utopique d’acheter des produits de qualité, plus chers et de faire des économies en n’achetant pas toutes les sauces et pâtes à tartiner, trop grasses, trop sucrées qui font la richesse de l’industrie agro-alimentaire ?
  • Rechercher les produits des AMAP (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), les paysans s’engagent à produire des produits sains et le consommateur s’engage à acheter sa production à un prix équitable et en payant par avance. On limite ainsi le nombre de camions qui traversent tout l’Europe avec des marchandises bourrées de résidus toxiques.
  • Lutter contre la tyrannie du « beau et calibré» imposée par les grandes surfaces, l’Europe, les habitudes des consommateurs. Aider les agriculteurs à vendre à des prix intéressants, les produits refusés. Pour éviter tout gaspillage alimentaire, une association « les gueules cassées » a eu l’idée de racheter les légumes et fruits refusés et de les revendent à 20 % du prix normal.

Au niveau national il faut :

  • que  des mesures soient prises par les pouvoirs publics pour augmenter les contrôles et la transparence des résultats ainsi qu’une campagne éducative de prévention à grande échelle comme dans le PNES1.
  • que les déclarations de la ministre de l’environnement soient suivies d’effets à courts et longs termes : « j’ai souvent été aux prises avec les multinationales de l’agrochimie… J’ai vu avec quelles difficultés j’ai pu interdire l’épandage aérien des pesticides. Cela a été très difficile…..j’ai fait interdire la vente directe, dans les jardineries, de l’insecticide Round-Up de Monsanto, un pesticide très violent…. Le lobby de la production des pesticides est un lobby très puissant en France« 
  • que les agriculteurs deviennent plus responsables en s’opposant aux lobbyings des produits chimiques dangereux pour leur santé et celle des consommateurs et pour l’environnement.

Le CNAFAL association de consommateur soucieuse de la santé de tous, agit à différents niveaux depuis longtemps. Au niveau national, il défend les consommateurs en participants à différentes commission du CNC. Sur le terrain il participe avec d’autres associations aux actions visant à améliorer la qualité des produits et à  développer la prévention auprès des familles.

 

Nicole Damon – Responsable secteur santé

Claude Rico – Responsable secteur consommation

J.François Chalot Secrétaire Général

Nicole Damon

Dans la même rubrique

Posez vos questions

Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

Se connecter sur
Familles laïques

Pas encore de compte ? Créez-en un, c'est gratuit

Restez connecté | Mot de passe oublié

Adhérez au cnafal

J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

En savoir plus

La revue
Familles laïques

La revue Familles laïques

Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

Voir le magazine