Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

Communiqué de presse

Deuxième tour des présidentielles – Où va la République ?

Le CNAFAL s’est toujours défini comme une organisation Républicaine, laïque, sociale et solidaire. Les hommes et les femmes sont à l’image de ce qu’ils font.

    Au sein de l’UNAF, le CNAFAL a combattu avec constance les thèses discriminatoires à l’égard des L.G.B.T., le retour du maurassisme après les déclarations de Nicolas Sarkozy à propos du  primat du curé sur l’instituteur, les arguments de la « MANIF pour tous » et plus récemment ceux de « Sens Commun ». Le CNAFAL a toujours défendu l’égalité des droits Hommes/Femmes, la liberté de la contraception et de l’avortement, l’accès libre à la PMA. Le Front National s’est opposé récemment à la loi sur le délit d’entrave (par les moyens numériques) à l’IVG. Le CNAFAL n’a pas varié depuis 1981 sur le droit de vote des étrangers régulièrement installés en France quelle que soit leur origine. Il a toujours condamné l’utilisation de « l’idée laïque » à des fins discriminatoires en ciblant en particulier l’islam au nom d’une tradition nationale qui voudrait réduire la France à une identité chrétienne qui n’a jamais réellement existé… La liberté de pensée, d’expression, d’association n’est pas à géométrie variable suivant les lieux et les requérants : or, nombre de mairies dominées par le Front National ont entravé ces libertés. De même, « la préférence nationale » est une notion étrangère à la République ; on sait en 1941 où cela nous a conduit.

    Pour mille raisons, aucune voix de républicains et de laïques ne doit aller à Marine Le Pen.

    Cela posé et dit, il n’est pas interdit de réfléchir, de penser laïque et républicain pour la suite à venir. Il n’est pas interdit de « pointer » les causes profondes de ces votes.

    la République a été trop souvent dévoyée, ces deux dernières décennies.

    La déliaison sociale à laquelle nous assistons depuis 20 ans est le résultat de politiques qui entrainent le dépérissement de l’intérêt public au fur et à mesure de la dégradation des services publics. A-t-on oublié que le service public est un outil de cohésion sociale, du social condensé ? C’est un contre-pouvoir face au marché dont la finalité est de s’étendre toujours plus. C’est la raison pour laquelle le CNAFAL à travers ses positions depuis longtemps combat toutes les cléricatures quelles qu’elles soient ! La participation à une élection démocratique ne garantit pas le caractère démocratique  d’un régime, d’un parti ou d’un individu. Il n’y a de République que sociale et que celle qui permet par un débat démocratique de dégager l’intérêt général. La République c’est le libre examen qui est le droit de comprendre par soi-même le monde, le passé, le présent pour dégager un avenir meilleur pour toutes les générations. Il n’y a de république qu’émancipatrice. Si elle ne l’est plus pour toutes et pour tous, il faut s’interroger.

    Le CNAFAL rappelle la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen du 24 juin 1793 dans son article premier affirme : « le but de la société est le bonheur commun et non le bonheur de quelques uns » !

    Jean-Marie Bonnemayre,
    Président,
    06 87 37 16 64

    Jean-François Chalot,
    Secrétaire général,
    07 89 05 54 64

    Le CNAFAL

    Dans la même rubrique

    Posez vos questions

    Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

    Se connecter sur
    Familles laïques

    Pas encore de compte ? Créez-en un, c'est gratuit

    Restez connecté | Mot de passe oublié

    Adhérez au cnafal

    J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

    En savoir plus

    La revue
    Familles laïques

    La revue Familles laïques

    Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

    Voir le magazine