Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

Communiqué de presse

Débat sur le voile – La liberté de conscience des enfants

En 1965, Jean Cornec écrit un livre intitulé "Laïcité" (sans adjectif) et dès la première page, il s'adresse à son fils : "ce livre est pour toi. Pas pour toi seul, mais pour toi d'abord".

    Et immédiatement il écrit : « de ce combat que je mène depuis presque ta naissance, nous avons voulu que tu ne sois pas marqué ; nous nous sommes efforcés, tout en croyant bien sûr à la force et à la valeur de nos idées, de ne pas t’influencer, afin de te laisser plus tard, une libre détermination. Nous t’avons même mis en garde contre ce qu’avait de trop tentant, l’adoption sans examen, de nos appréciations personnelles ; nous avons voulu que tu sois capable de juger par toi-même, en toutes circonstances, les êtres et les faits : Maintenant, j’ai le droit de te dire pourquoi je suis « laïque et fier de l’être ».

    Le CNAFAL ajoute : « tout enfant a droit à une éducation laïque, c’est-à-dire autant que faire se peut dégagée des conditionnements familiaux, sociétaux, religieux, politiques, dégagée des dogmatismes et des cléricalismes, quels qu’ils soient. La meilleure éducation possible, est celle qui permet à l’enfant d’oser un regard critique sur soi, son histoire, sa vie, son environnement, lui permettant aussi de construire sa propre personnalité, son propre jugement, donc sa propre liberté ! (Déclaration auprès de la Commission STASI 3/11/2003). Un accompagnement scolaire a le devoir d’être neutre. Raison pour laquelle il faut légiférer sur cette question.

    L’ouverture à l’universel exclut l’enfermement dans la différence. L’universel est le dépassement des particularismes ! L’humanisme laïque repose sur la liberté de conscience et l’émancipation à l’égard de tous les dogmes.

    A partir du moment où le voile est brandi comme un étendard qui plus est, dans une assemblée de la République, la ligne rouge est franchie.

    L’article 10 de la loi de 1905, stipule « Nul ne peut être inquiété pour des opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public ». Le collectif contre l’islamophobie, dont s’est réclamée la mère voilée de Besançon, signe une position totalement communautariste, donc politique, qui va à l’encontre des lois de la République.

    La vie en société ne saurait se résoudre à l’établissement d’une jurisprudence des pratiques et des relations intercommunautaires, qui nous conduirait à une société à l’anglo-saxonne.

    Le rêve clérical d’une relativisation de la loi de 1905, conduit aujourd’hui à instrumentaliser la référence à l’islam, pour demander une révision du dispositif laïque ! Le CNAFAL, association familiale laïque est attachée à la liberté de conscience de chacun de ses membres et à une éducation qui libère de tous les dogmes quels qu’ils soient.

    Jean-Marie Bonnemayre,
    Président du CNAFAL,
    06 23 82 80 22

    Le CNAFAL

    Dans la même rubrique

    Posez vos questions

    Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

    Se connecter sur
    Familles laïques

    L'espace membre est temporairement indisponible.

    Adhérez au cnafal

    J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

    En savoir plus

    La revue
    Familles laïques

    La revue Familles laïques

    Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

    Voir le magazine