Familles Laïques

Le site du Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), association agréée d'aide aux consommateursNous connaitre

Communiqué de presse

Convention d’Objectifs et de Gestion 2018

Etat-CNAF : la politique du faire semblant continue avec la complicité de l'UNAF. On affiche de grandes ambitions, mais les moyens financiers ne suivent pas... Cela devient une habitude dans le champ famille de la Convention d'objectifs et de gestion de la CNAF. Là, comme ailleurs, tel est le constat du CNAFAL.

    Pourtant il y a 10 mois, on nous a fait plancher sur la pauvreté (plusieurs réunions avec Olivier Noblecourt, délégué interministériel, à la lutte contre la pauvreté, ou son staff en province et à Paris), session du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et des Ages, dont le CNAFAL est membre.

    Le bilan des 5 dernières années était déjà maigre : difficultés à créer de nouvelles places en crèche, médiation familiale devenue une incantation symbolique, accueil des allocataires réduit à sa plus simple expression, pour ne pas dire parfois « obstruction », politique en « trompe l’œil » vis-à-vis de la jeunesse. La grande ambition à l’égard de la petite enfance, fait flop, faute de moyens. Pourtant elle est censée réduire les inégalités de « condition » et accorder une égalité des chances ! L’implication des CAF dans la politique de la ville sera minimale ; il est vrai que le rapport Borloo a été « remisé » aux archives.

    L’UNAF, en votant la COG, s’est positionnée en supplétif de la politique gouvernementale, alors que les 5 syndicats refusaient d’avaliser cette politique, non sans soubresaut dans la délégation UNAF, puisque son chef de file a été éjecté ! Rétrogradé (sic) !

    L’UNAF (sans consultation de son réseau), a donc avalisé la baisse des moyens de la CNAF, plus la baisse du Fonds national d’action sociale de 2,3% par rapport à la COG précédente, soit une augmentation de 2% par an qui sera « mangée » par l’inflation.

    En matière d’action sociale, ce sera la stagnation, alors qu’on prétend lutter contre la pauvreté et les inégalités.

    • La baisse des effectifs va reprendre (2100 postes supprimés d’ici 2022). Concrètement, cela veut dire moins d’agents sur le terrain, moins d’agents à l’accueil (tant pis pour la fracture numérique, d’où la détresse des familles qui ont besoin d’écoute et d’accompagnement).
    • Moins de construction de crèches et de haltes garderies, d’autant que les dotations aux collectivités locales sont également rationnées !
    • L’encadrement des réseaux des assistantes maternelles sera fait par un animateur pour 70 salariées ! Tandis que la participation des familles augmentera de 2% par an.

    Au final, le CNAFAL constate que la COG nous fait entrer dans une période de grand marasme pour les familles d’autant que les « cadeaux » pleuvent pour les entreprises : 26 milliards d’euros en abattements de cotisations pour le patronat ; suppression de l’ISF, 20 milliards d’exonération de cotisations sociales patronales pour les salaires au SMIC. Cherchez l’erreur !

    Jean-Marie Bonnemayre,
    Président du CNAFAL.
    06 23 82 80 22

    Jean-François Chalot,
    Secrétaire général.
    07 89 05 54 64

    Le CNAFAL

    Dans la même rubrique

    Posez vos questions

    Pour poser une question à l'auteur du sujet, merci de vous identifier ou de créer un compte gratuit avant de continuer.

    Se connecter sur
    Familles laïques

    Pas encore de compte ? Créez-en un, c'est gratuit

    Restez connecté | Mot de passe oublié

    Adhérez au cnafal

    J’adhère au CNAFAL pour participer à la défense et à la promotion de la laïcité...

    En savoir plus

    La revue
    Familles laïques

    La revue Familles laïques

    Familles Laïques est la revue trimestrielle du CNAFAL. Elle est le reflet des positions du CNAFAL et s’appuie sur l’actualité.

    Voir le magazine